samedi 29 décembre 2012

jeudi 27 décembre 2012

3 x 17


Heureuse coïncidence ou savant calcul ?…

… Hasard objectif pour le moins : à la page 17 de ce Arcane 17 *, d’André Breton (20 août - 20 octobre 1944, Percé - Sainte-Agathe), le nombre « dix-sept » apparaît en toutes lettres pour recomposer une version inédite de « le Rouge et le Noir » :


Le drapeau rouge, tout pur de marques et d’insignes, je retrouverai toujours pour lui l’œil que j’ai pu avoir à dix-sept ans, quand, au cours d'une manifestation populaire, aux approches de l’autre guerre, je l’ai vu se déployer par milliers dans le ciel bas du Pré-Saint-Gervais. Et pourtant — je sens que par raison je n’y puis rien — je continuerai à frémir plus encore à l'évocation du moment où cette mer flamboyante, par places peu nombreuses et bien circonscrites, s'est trouée de l’envol de drapeaux noirs.

_______________________________
* Le Livre de Poche, « Biblio », n° 3123 , 1989 (160 p.) 

mercredi 19 décembre 2012

( en cinq lettres... )


Carte postale offerte au Parti communiste français par le poète Louis Aragon,
qui l'avait reçue de Marcel Duchamp.

lundi 17 décembre 2012

S.-F.



Je ne me contente pas de transformer Hérault en Ero, j’écris froidement RO. Non moins froidement j’écris NRJ pour « énergie » et RIT pour « hériter ». Je me garde bien de mettre « Hélène a eu des bébés ». Combien plus court grâce à mon procédé : LN A U D BB. Ce roman auquel je travaille jour et nuit sera tout entier écrit dans ce parti pris. C’est le récit des aventures d’une jeune Algérienne. Il est intitulé : O DS FMR.

Alphonse    Allais
Humoriste   honfleurois

vendredi 7 décembre 2012

gaffiot



Je n’ai aucun goût pour le lipogramme
Pour le palindrome et pour l’anagramme.
Il n’est en mes vers rien qui fasse écho
À la gymnastique en style Oulipo
Ou la rhétorique à prise de tête.
Je ne suis pourtant pas mauvais poète.
De jouer l’acrobate ou le magicien
De la prosodie je n’ai nul besoin.
À bricoler ça on radote idiot
Et on sue pour rien à faire un poème.
Va donc si tu veux bluffer les gogos
Moi je parle à ceux qui simplement aiment.

Martial (44-102 ? après J.-C.), Épigrammes
traduit du latin par Christian Prigent
in Grumeaux, n° 3, « Violence », Nous, MMXII, 460 p., 10 €

samedi 1 décembre 2012

drapeau noir




 utilisation libre si citation : Jacques Barbaut / barbotages.blogspot.fr/

lundi 26 novembre 2012

bile noire


illustr. jaquette : De Chirico
Jean Starobinski, l’Encre de la mélancolie (Seuil)
672 pages grand format hors tout

mardi 20 novembre 2012

tOucHe-tOucHe

Jean-Michel Folon (1934-2005)
Le Message
(Hermann, 1974)


Qui se souvient du générique en images d'animation de fin de programmes de la chaîne Antenne 2, lancé, je crois, en 197... ?

mardi 13 novembre 2012

Variations sur un sujet



Subtile leçon, rien de fortuit, là, où semble un hasard capter l’idée, l’appareil est l’égal du reste. Ne jugeons, en conséquence, ces propos — industriels ou ayant trait à une matérialité : la fabrication du livre, en l’ensemble — qui s’épanouira, commence, dès une phrase. Immémorialement le poëte sut la place de son vers, dans le sonnet qui s’inscrit pour l’esprit ou sur espace pur. Ainsi je méconnais le volume et une merveille qu’intime sa structure, si je ne puis, sciemment, imaginer tel motif en vue d’un endroit spécial, page et la hauteur, à l’orientation de jour la sienne ou quant à l’œuvre. Au lieu de ce va-et-vient successif incessant du regard, une ligne finie, à la suivante, pour recommencer. Telle pratique ne représente le délice, ayant immortellement, une heure, rompu, avec le dehors, de traduire sa chimère. Autrement sauf exécution, comme de morceaux, sur un clavier, active mesurée par les feuillets ; que ne ferme-t-on les yeux à rêver ? Cette présomption, ni asservissement fastidieux ; mais, que l’initiative, dont l’éclair est chez quiconque, raccorde la notation fragmentée. Un solitaire tacite concert se donne, par la lecture, à l’esprit qui regagne, sur la sonorité moindre, la signification : aucun moyen mental exaltant la symphonie, ne manquera, raréfié et c’est tout du fait de la pensée. La Poésie, proche l’idée, est Musique, par excellence — ne consent pas d’infériorité.

S.M.

vendredi 9 novembre 2012

en boucles

Et même si tout le monde
Répète en chœur que les hommes préfèrent les blondes
Qu’ils fondent
Pour une dé-co-lo-rée en moins d'une seconde
J’ai l’impression qu’ils confondent

& la Joconde

À moins qu’on la tonde

C’est quand même bien une brune


Les brunes comptent pas pour des prunes



Spécial dédicace à 

George WF Weaver


 pour la suggestion
folle Lio

mercredi 7 novembre 2012

troisième prix


Ce n'est pas sans émotion que le ci-devant bleaugue — dit « barb0tages » — décerne son troisième prix littéraire, attribué à « la plus belle bande capillotractée de la rentrée », à



Le Bonheur des Belges, de Patrick Roegiers
GRAS-c’est, août 2012, 464 p., 22 €

vendredi 2 novembre 2012

samedi 27 octobre 2012

truffe


— Tchi’n !
— Tiens !

lundi 22 octobre 2012

formules Marcel-Duchamp


Readymade, ready made ou ready-made


« Inframince », « infra mince » ou « infra-mince »

 

samedi 20 octobre 2012

Le mat du Fou et du Cavalier



En réunissant dans Comment… les textes relatifs aux échecs qui citent son nom, Roussel prend soin d’orthographier « formule Raymond-Roussel », avec un trait d’union ; en revanche, lorsque son nom propre, en tant qu’individu (« Monsieur Raymond Roussel »), apparaît dans ses textes, il est orthographié sans trait d’union.  Roussel s’est rendu compte de l’inconvénient de cette formule s’il ne mettait pas de trait d’union ; on aurait dit et l’on dirait encore la « formule Roussel », et non la « formule Raymond-Roussel ».

François Caradec, Raymond Roussel
(Fayard, 1997, p. 387)  

lundi 15 octobre 2012

records battus



16 août

En sautant en parachute d’un ballon stratosphérique gonflé à l’hélium à 31 200 mètres d’altitude, au-dessus de Tularosa (Nouveau-Mexique, É.-U.), Joseph W. Kittinger, revêtu d’une combinaison pressurisée et équipé d’une multitude d’appareils de mesure, capitaine de l’US Air Force, associé aux Aerospace Medical Research Laboratories de Dayton (Ohio) pour le projet Excelsior, établit d’un coup quatre records mondiaux :
— la plus haute ascension en ballon,
— le saut en parachute le plus haut,
— la plus longue chute libre (84 700 pieds [25 815 m] en 4 minutes et demie — il ouvre son parachute à 5 300 mètres au-dessus du sol et atterrit 13 minutes et 40 secondes après son jump),
— la plus grande vitesse atteinte par un être humain dans l’atmosphère (pointe de vitesse de 988 km/h).

Joseph Kittinger — surnommé « l’homme d’acier » —, affirmera avoir franchi le mur du son lors de ce saut.

Même si le fait n’est pas formellement établi, les différentes mesures effectuées sont supérieures à mach 0,9.

mercredi 10 octobre 2012

deuxième prix




Ce n'est pas sans émotion que le ci-devant bleaugue — dit « barb0tages » — décerne son deuxième prix littéraire, attribué à « la plus belle épigraphe de la rentrée », à

Comme les singes, drôles et de race précieuse, avaient toujours eu le don de retenir longuement leurs visiteurs, un banc se dressait devant leurs barreaux.

Raymond Roussel, l’Étoile au front


pour Orchidée fixe, de Serge Bramly (p. 7)
JCLattès, août 2012, 288 p., 18 €



samedi 6 octobre 2012

samedi 29 septembre 2012

stein


(1879, Ulm - 1955, Princeton)


(1889, Vienne - 1951, Cambridge)


Wovon man nicht sprechen kann, darüber muß man schweigen.




samedi 22 septembre 2012

en bocaux


« La contemplation d'une femme nue me fait rêver à son squelette. »

Gustave Flaubert, Correspondance

illustr. via Âmes d'Atala (25 08 12)

mardi 4 septembre 2012

premier prix



Ce n'est pas sans émotion que le ci-devant bleaugue — dit « barb0tages » — décerne son premier prix littéraire, attribué au « titre le plus court de la rentrée », à

C, de Tom McCarthy
traduit de l’anglais par Thierry Decottignies
Éditions de l’Olivier, août 2012, 432 p., 24 €


illustration : © Peter Mendelsund / couverture cedric@scandella.fr

samedi 1 septembre 2012

hôtel de passe-

passe

et celle
que tu tenais à qui
et par qui sont-elles quoi à
présent sa voix la forme
flairée de ses
aisselles

Otelles, Bruno Fern
contrat maint
8 p., juin 2012


mercredi 22 août 2012

colloque


 Cioran rencontre Michaux (VIe arr.).

Emil : L’homme va disparaître.

Henri : Tout de même, c’était quelqu’un…

(d’après Mathurin Maugarlonne)


mardi 14 août 2012

coaching


« Comptez vos sous, comptez vos maîtresses, additionnez-les et félicitez-vous. »


 in Écrits, « Pensées (10) — maximes et aphorismes »

jeudi 9 août 2012

la solitude du correcteur de fond(s)



tandis que j’écris



des tranches de tomate
mais
un gratin de pommes de terre.

des queues de cheval
mais
des troncs d’arbres

des chefs d’entreprise
mais
des peaux de bêtes

des comptes d’apothicaire
mais
des contes de fées

du sirop de fraise
mais
de la confiture de groseilles

des toiles d’araignée
mais
du pâté d’alouettes

une eau de lavande
mais
une essence de roses

dois-je écrire

des blancs d’œuf [œf]
ou
des blancs d’œufs [ø] ?

vendredi 3 août 2012

jeudi 2 août 2012

(sub)liminal



Nous appelons l’alphabet : a-b-c : les trois premières lettres. Alpha-bet (alpha-beta) est la même dénomination en grec. Au lieu de lettres prenez les chiffres, vous aurez l’appellation, formée de même, du calcul, l’industrie :
IN-DUS-TRIA : un, deux, trois, dans toutes les langues.

« Ceux pour qui il n’y eut point de Babel »
la Chandelle verte




mardi 31 juillet 2012

dimanche 1 juillet 2012

le Schizo et ses langues

Les Grecs disaient que le plus grand bonheur qui puisse échoir à un homme, c’est de ne pas être né.
— Nous avons eu la poisse.





Ma mère, musicienne,
est morte de maladie maligne à minuit,
mardi à mercredi,
au milieu du mois de mai mille977
au mouroir Memorial à Manhattan

(nouvelle version)
Éditions Attila, 2012, 302 p., 19 €


vendredi 22 juin 2012

une pomme de terre / emmerder un poète



Solliciter     /     le clitoris


la langue     /     a nul égal

le cerveau     /     crée la vue

le doigt     /     dit l’ego

il pense     /     le pénis



in Jean-Claude Mattrat
La Chose le Chaos
anagrammes
Éd. Nous, MMXII, 96 p., 12 €


lundi 18 juin 2012

animaux d’avant les mots



Sous la lame l’inquiétude inutile
sous l’envers le décor et derrière
lui la médaille à une face Tu
voudrais bien désapprendre

à lyre Voici Véronique Muleta
le corps le cri le hue le dia

et le cortège des rhinocéros
à l’enterrement de l’ornithorynque

l’animal absolu l’hybride l’amphibie
l’indécidable paradigme encyclopédique

Mais changeons de sujet comme
dit le sujet qui rêve de se poser
un lapin de se mettre au clou et
de changer d’air d’allure d’armure


Christian Bernard, Petite Forme
[100 sonnets / 2]
Éditions Sitaudis, 2012
64 p., 12 €

samedi 9 juin 2012



    Palmiers, potamochères, salsifis, ananas. Un jardin luxuriant : cactacées et cinéraires sous un ciel d’orage. La mousse au tronc des arbres repère une direction. Une plage, des pins, des dunes de sable fin platine, le vent, l’océan au soleil, les cigales. Des fossiles à l’ombre de la falaise blanche où nidifient des goélands, le fracas des vagues à marée haute. Un grand cheval gris pêcheur de crevettes ou ramasseur de varech sur la grève à marée basse caressée par des vaguelettes. La marée, les galets au pied de la jetée. Ciel bleu, oyats balancés au gré d’un vent mi-bise, mi-brise : octobre, sable humide ; avril, alouette. Etale étang, poule d’eau, rat musqué, bulles de batracien, roseaux, saules, bosquet, glèbe presque tourbe. Colline à la dense forêt, pluie sur le lit sinueux d’une millénaire rivière dans une vallée encaissée, un lac de lave au fond du cratère d’un volcan. La grève, les dunes, le froid, la tempête, un ciel gris teinté de crachin. Cheval-tigre, hermine, rivière, cresson, feuillages verts, crabe, vautours, girafe, coupole neigeuse, reptiles, l’écorce aspect des arbres, panda, bouquetins, mouches, lièvre, otarie, zèbre, chat, tulipes, merle, ânes, du vent, une souche, une branche, un geai, des cygnes, hyène, lapins, poissons : un zoo.

Jean-Marc Baillieu, Humanité 3
Hapax, 2012, 134 p.
(incipit)


vendredi 8 juin 2012

mise à l'écart


QUESTION :

— Que vaut-il mieux, être tiré à quatre épingles ou bien tiré à quatre chevaux ?

RÉPONSE :

— Il vaut mieux être tiré à quatre épingles qu’être tiré à quatre chevaux, parce que celui qui est tiré à quatre épingles a toujours le temps d’être tiré à quatre chevaux, alors que celui qu’on tire à quatre chevaux n’a plus le temps d’être tiré à quatre épingles.

Michel Leiris, Aurora (1939, renouvelé en 1973)

*   *   *


Dieric Bouts (v. 1420-1475)